Le «haïku» et la création romanesque dans La Préparation du roman de Roland Barthes

Type de document: Original Article

Auteur

Maître-assistant,Université Shahid Chamran d’Ahvaz, Iran

Résumé

Dans le dernier cours de Roland Barthes: La Préparation du roman I et II, nous voyons des pages sur le haïku japonais comme étant à l’origine du roman. Barthes est initié à la littérature par cette forme «ultra- brève» et multiforme classée selon les saisons et assumant une renaissance romanesque. Chez Barthes, tout comme dans À la Recherche du temps perdu de Proust, la lecture et l’écriture sont liées.

L’œuvre proustienne se développe à partir d’un souvenir, d’une sensation et ne cesse de proliférer à partir de cet éphémère. Barthes confronte toutefois «l’instantané» du haïku court et protéiforme au «continu» du roman. Dans cet article nous voulons examiner comment Barthes s'inspire de la forme poétique du haïku et propose une nouvelle romanesque

Mots clés